Les "Royal News" ont pour objectif de vous informer des dernières actualités publiées sur les Familles Royales du Gotha. Les articles cités ici sont soit des extraits d'articles de presse, parus sur différents sites on-line, dont la source est mentionnée et que pouvez lire en intégralité en cliquant sur le lien, soit des informations fournies par les différents services de presse des Maisons Royales et que Stéphane Bern a synthétisées, traduites ou réécrites en citant ses sources.

Le duc de Cambridge accompagne la reine et le duc d'Edimbourg à la cérémonie d'hommage aux soldats tombés lors de la bataille de Gallipoli en 1915 25/04/2015

Prince William joined the Queen and political leaders to mark 100 years since the start of the Gallipoli campaign at the Cenotaph today - leaving the overdue Duchess of Cambridge in hospital.The Prince, who looked calm during the ceremony in London, had been desperate to make the engagement but his appearance had hung in the balance due to Kate's due date arriving.Thousands flocked to the emotional service this morning, which was also attended by the Duke of Edinburgh, top military figures and the three major party leaders, as well as Welsh First Minister Carwyn Jones and Ukip leader Nigel Farage, who was not called upon for official duties.Prince William's official appearance suggested it was all quiet at the private Lindo Wing in Paddington, London, where his wife the Duchess of Cambridge is waiting to go into labour.Despite the national anticipation for the next Royal baby heating up, William 32, looked composed as he arrived in military uniform.William is on six weeks' unpaid leave from his job learning to fly helicopters for the East Anglian Air Ambulance after finishing the first phase of his training early.If the baby does arrive before the end of the day, the new prince or princess will share his or her birthday with Kate's late grandfather.As the service got underway in the shadow of the Cenotaph, the crowds listened as buglers from the Band of Her Majesty's Royal Marines sounded The Last Post a few moments after Big Ben tolled the last stroke of 11am.The Queen and those around her stood motionless in quiet reflection as they observed two minutes' silence as London traffic rumbled by in neighbouring streets.The head of state placed the first wreath near the base of the Cenotaph and she paused for a moment to bow her head before making her way back to her place.Mr Cameron followed laying his own floral tribute as did a number of senior ministers and George Brandis, Australia's Attorney General, and David Carter MP, Speaker of the New Zealand House of Representatives.During the service, the famous verse from Laurence Binyon's poem For The Fallen, which begins with the memorable line 'They shall grow not old, as we that are left grow old', was read by 22-year-old Michael Toohey.Mr Toohey's great great uncle Private Thomas Toohey was serving with the Royal Dublin Fusiliers when he was killed in action during a Gallipoli landing at V Beach, Cape Helles on April 25 1915 aged 22.More than half a million Commonwealth and Irish soldiers fought during the eight-month long Gallipoli Campaign 400,000 from Britain, 15,000 from Ireland and 140,000 drawn from the modern nations of Australia, New Zealand, Canada, Sri Lanka and the Indian sub-continent.Almost 36,000 Commonwealth servicemen are buried or commemorated on Gallipoli, including nearly 25,000 members of British and Irish forces, over 7,200 of Australian units, more than 2,300 of New Zealand forces, and more than 1,500 members of the Indian Army. Every year Australians and New Zealanders commemorate the landings of Gallipoli on April 25, known as Anzac Day, after the Australia and New Zealand Army Corps. The gathering at the Cenotaph was preceded by an Anzac Day dawn service at Wellington Arch in London, attended by Princess Anne. Around 58,000 Allied troops were killed in the disastrous campaign, many coming from the two British Commonwealth countries.

Le roi des Belges, Philippe, accompagné de la reine Mathilde, prononce un discours humaniste et engagé devant le Parlement européen de Strasbourg

553636e43570fde9b2d59400.jpg
Le roi des Belges Philippe a prononcé mardi 21 avril 2015 à Strasbourg un discours exceptionnel et particulièrement engagé devant l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.Alors que la Belgique occupe la présidence du Comité des ministres du Conseil de l'Europe qui regroupe 47 Etats membres, le roi Philippe a dénoncé devant les parlementaires "certaines attitudes indignes que nos sociétés développent face aux pressions migratoires"."Ces attitudes ne sont pas seulement le fait d'individus mais aussi d'institutions", a-t-il précisé."Les événements tragiques récents en mer Méditerranée nous rappellent l'urgence de cette question pour l'Europe", a dit le roi à la veille d'un sommet européen extraordinaire qui doit se tenir jeudi à Bruxelles sur les récents naufrages qui ont coûté la vie à plusieurs centaines de migrants.Le roi Philippe a appelé à développer une "culture de la dignité humaine"."Nous vivons quotidiennement des situations indignes. Nous sommes interpellés par les difficultés d'accès au marché de l'emploi ou par les conditions de travail qui privilégient parfois l'efficacité au détriment de l'épanouissement humain", a ajouté le souverain.Le roi s'est ainsi clairement engagé dans un discours humaniste et social en poursuivant : "A côté des énormes acquis dans le domaine des soins de santé et de l'accueil des personnes âgées, nous constatons que là aussi, l'humain perd parfois du terrain".Le souverain a lancé un appel aux citoyens européens afin qu'ils ne se réfugient pas dans "l'indifférence" alors que, a-t-il poursuivi, "nous détournons notre regard de la pauvreté, de la précarité et de la solitude qui sont autant d'insultes aux droits humains".Face au Conseil de l'Europe dont la mission est de protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales, le roi s'est encore clairement exprimé en faveur de la Convention européenne des droits de l'homme signée en 1950."D'un côté, chaque personne a droit à son monde intérieur, sa sphère privée, son intimité, ses secrets, une vie basée sur ses propres choix. L'individu doit pouvoir être libre de toute ingérence extérieure. D'un autre côté, l'homme se doit d'être ouvert aux autres et au monde", a encore déclaré le roi Philippe, accompagné de la reine Mathilde.

89 coups de canon à Londres pour célébrer l'anniversaire de la reine Elizabeth II 21/04/2015

82469535_82469534.jpg
Les coups de canon ont résonné mardi 21 avril 2015 à Londres pour marquer le 89e anniversaire de la reine Elizabeth II alors que la famille royale s'apprête à s'agrandir avec la naissance prochaine du deuxième bébé du prince William et de son épouse Catherine. L'anniversaire de Sa Majesté a été salué par 41 salves de coups de canon à Hyde Park, et 62 à la tour de Londres, un feu d'artifice qui pourrait se reproduire très prochainement pour la naissance du nouveau bébé royal. Le deuxième enfant de William et Kate, attendu d'ici la fin du mois, prendra la quatrième position dans l'ordre de succession au trône britannique, un cran derrière son frère aîné, le prince George de Cambridge, né en 2013.Mardi, pour son anniversaire, la reine se trouvait dans son château de Windsor, où elle réside chaque année pendant un mois au moment de Pâques. À Hyde Park, plusieurs centaines de curieux ont pu assister à un cérémonial mené par les cavaliers du régiment royal d'artillerie, à moins d'un kilomètre du 17 Bruton Street, où naquit Sa Majesté en 1926. La maison familiale où l'heureux événement eut lieu a depuis été détruite, et l'adresse abrite désormais un... luxueux restaurant cantonais. Sur le trône depuis plus de soixante-trois ans, Elizabeth II battra le 9 septembre le record de longévité dans la monarchie britannique, détenu par la reine Victoria. Cette dernière avait régné pendant soixante-trois ans et sept mois, jusqu'à sa mort en 1901. Née le 21 avril 1926, Elizabeth II a l'habitude de célébrer son anniversaire en deux temps : en privé le jour J, puis au cours d'une cérémonie officielle un samedi de juin, où la météo est plus clémente, avec le célèbre défilé militaire du "Trooping the colour" ("Salut aux couleurs"), près de Buckingham Palace.

Dans l'attente du bébé princier, le duc de Cambridge en congé dès ce 21 avril 21/04/2015

sipa-rex-3169296-jpg_2823169_652x284.jpg
Le prince William est en congé à partir d'aujourd'hui 21 avril 2015 et jusqu'au 1er juin alors que son épouse Catherine doit prochainement accoucher de leur deuxième enfant, a annoncé le palais de Kensington. Très prudente, la résidence londonienne du couple impute cette mise en congé prématurée à des raisons d'excellence professionnelle. "Le duc de Cambridge a achevé plus tôt que prévu la première phase de sa formation de pilote d'hélicoptère-ambulance" grâce à sa "bonne performance" et "à de très bonnes conditions de vol", a déclaré aujourd'hui un porte-parole du palais. Le prince William, qui a rejoint fin mars un organisme caritatif qui gère des hélicoptères-ambulances, se retrouve donc "en congé sans solde" jusqu'au 1er juin, date à laquelle il entamera la dernière partie de sa formation prévue pour durer trois semaines d'affilée."Il a toujours été prévu (que cette phase) commence le premier juin, après une période déjà planifiée d'engagements royaux fin mai, dont les détails seront annoncés en temps voulu", précise le palais. En ce jour d'anniversaire de la reine Elizabeth II (elle a 89 ans le 21 avril), les paris allaient bon train sur la date de la naissance du deuxième bébé royal, les plus plébiscitées chez les bookmakers britanniques étant les 25, 26 et 29 avril.

Source : AFP

Avant la naissance du bébé royal à Londres, la tension monte devant l'hôpital St Mary de Paddington 16/04/2015

La tension monte doucement devant l'hôpital St Mary de Londres, où Kate, l'épouse du prince William, doit accoucher bientôt de son deuxième enfant, avec l'installation ce jeudi 16 avril 2015 de barrières métalliques censées canaliser la fougue des médias.La duchesse de Cambridge doit donner naissance d'ici la fin du mois d'avril à la petite soeur ou au petit frère du prince George, dans l'aile privée de l'hôpital, où l'accouchement et les premières 24 heures sont facturées 7200 euros minimum.Le prince George, comme son père William avant lui, est né dans la même maternité le 22 juillet 2013, au milieu d'une cohue journalistique indescriptible et au terme d'un interminable siège médiatique de plus de trois semaines.Pour prévenir une pagaille similaire, le palais de Kensington a cette fois sérieusement serré la vis et interdit toute installation médiatique jusqu'à ce que la duchesse soit officiellement admise à la maternité.

Source : AFP
<  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19  …20  >