Les "Royal News" ont pour objectif de vous informer des dernières actualités publiées sur les Familles Royales du Gotha. Les articles cités ici sont soit des extraits d'articles de presse, parus sur différents sites on-line, dont la source est mentionnée et que pouvez lire en intégralité en cliquant sur le lien, soit des informations fournies par les différents services de presse des Maisons Royales et que Stéphane Bern a synthétisées, traduites ou réécrites en citant ses sources.

A la veille de ses 30 ans, la princesse Victoria de Suède n'est pas pressée de se marier 07/07/2007

Sweden's Princess Victoria says she has no intention of settling down, even though she turns 30 next week.The princess - who celebrates the milestone birthday on July 14 - insists she is in no rush to start a family and is confident the right man will come along when the time is right.Victoria - who is currently dating gym owner Daniel Westling - is quoted in Sweden's The Local newspaper: "I feel no pressure to get a job and start a family. It will happen when it happens. I'm not in a rush but I hope it will happen at some point."The Swedish Royal Family are planning a big celebration for the princess' birthday next week, which is known in Sweden as Victoria Day. The celebrations will start in Stockholm and then move to the royal family's home on the island of Oland.During the day, the princess presents the Victoria scholarship to a prominent Swedish athlete who has performed exceptionally well.Singers and artists then perform throughout the day and evening and a mini-marathon is run.The princess added she is eager to get involved with more environmental and climate issues. She said: "Integration is another big and important issue, as are the crises and conflicts caused by ethnic, cultural and economic tensions in the world."

programme des festivités

Poursuite de la seconde enquête sur la mort de Diana 10/07/2007

La reine Elizabeth II et son époux le prince Philip ne seront pas interrogés par la justice dans l'enquête judiciaire sur la mort de la princesse Diana en août 1997 dans un accident à Paris, a annoncé lundi le juge britannique Scott Baker, en charge du dossier.Michael Mansfield, l'avocat de Mohammed Al-Fayed, père de Dodi, le compagnon de Diana qui est décédé également au cours de cet accident, souhaitait que la reine soit interrogée en tant que "témoin potentiel" et que son époux puisse répondre à des questions.Cependant, Lord Scott Baker a estimé que ces mesures n'étaient pas "appropriées ou nécessaires" dans l'immédiat, tout en promettant de réexaminer la question à l'avenir.M. Al-Fayed croit que la princesse Diana était enceinte de son fils quand elle est décédée le 31 août 1997 et qu'elle a été assassinée dans un complot organisé par le prince Philip.Ces déclarations sont intervenues au cours de l'une des dernières audiences préliminaires d'une enquête qui a pris du retard. Les audiences publiques, qui constituent la dernière étape de l'enquête, devraient commencer en octobre.Une enquête judiciaire est une procédure spécifique à l'Angleterre et au Pays de Galles qui a pour but de déterminer les causes de décès en cas de mort violente ou inexpliquée, mais ne se prononce pas sur les responsabilités éventuelles.Michael Mansfield souhaitait que la reine soit interrogée au sujet de conversations qu'elle aurait eues avec Paul Burrell, l'ancien majordome de Diana.M. Burrell avait en effet indiqué en 2002 que la reine l'aurait un jour prévenu en lui disant: il y a "des pouvoirs à l'oeuvre dans ce pays dont nous n'avons pas connaissance".Il est apparu également lors de l'audience préliminaire lundi qu'une note envoyée à Paul Burrell par Diana, dans laquelle elle écrit que son époux le prince Charles "complote un accident avec sa voiture", fait partie des documents qui seront utilisés pour l'enquête.La prochaine audience préliminaire est prévue pour le 27 juillet.L'enquête de police sur l'accident de la voiture par Lord John Stevens, l'ex-chef de la police de Londres, a conclu en décembre à un accident.L'enquête a souligné que le chauffeur du couple, Henri Paul, avait dépassé la limite de consommation d'alcool autorisée pour conduire.

Le prince Tomohito du Japon avoue ses problèmes d'alcoolisme 10/07/2007

Prince Tomohito, who is fifth in line to the Chrysanthemum Throne, has helped breach the taboo surrounding alcoholism in Japan with a light-hearted speech in which he talked about his own problems with drink.The 61-year-old drew sympathetic laughter as he introduced himself as "Prince Tomohito, the alcoholic", echoing the standard introduction at meetings of Alcoholics Anonymous.Prince Tomohito first disclosed his alcohol dependency last month.Speaking at a charity event in Sendai, northern Japan, the prince talked about his experience in recovery and his long battle with drink. "Fellow patients are overjoyed to know they've got a friend in the royal family," he said.His alcoholism has been considered an embarrassment for officials at the palace, which tends to keep secret anything that might harm the royal family's image.Despite palace doctors' reluctance to disclose his condition, Prince Tomohito said he went public because "there is nothing to hide about," and he did not want unnecessary speculation.The prince first disclosed his alcohol dependency last month and has since been undergoing treatment at a palace hospital, overseen by experts from the Kurihama Alcoholism Centre near Tokyo.He told the audience he had been drinking heavily since he was a student, but his dependency worsened because of recent family problems and stress from a controversy about whether the imperial succession law should be changed to allow a female emperor.Prince Tomohito last caused a stir in 2005, when he wrote an essay saying Japan should exhaust all other options, including bringing back concubines, before allowing a woman to ascend its imperial throne."Over the last few years, I often cursed and drank with a vengeance whenever I was under stress, but I finally decided I should take care of it," he said.

Le prince héritier du Japon part en voyage en Mongolie sans son épouse 11/07/2007

Il y a près de 15 ans, le prince héritier du Japon Naruhito a juré "protection à vie" à sa promise, Masako Owada, alors jeune diplomate. Ni les pressions du Palais, ni celles des médias n'ont depuis eu raison de son indéfectible fidélité pour sa fragile épouse."Masako". C'est en l'appelant par son prénom, sur un ton dénué de formalisme, que le prince Naruhito a évoqué la semaine dernière le lent rétablissement de sa femme, affectée par une longue dépression.L'état de santé de la princesse Masako, 43 ans, était le principal souci des journalistes conviés la semaine dernière chez le prince à une conférence de presse consacrée à sa visite en Mongolie."Masako a encore besoin de suivre un traitement. Mais elle s'efforce, du mieux qu'elle peut, de se rétablir physiquement", a expliqué l'héritier du Trône du Chrysanthème, un homme de petite taille au visage étonnamment juvénile pour ses 47 ans."Masako est sensible à l'attente des Japonais, mais je vous demande de la suivre avec un point de vue à long terme", a-t-il imploré d'une voix douce.Depuis près de quatre ans, son épouse est victime d'une grave déprime, attribuée au fait qu'elle n'a pu porter d'héritier mâle, qui l'a contrainte à rester cloîtrée pendant plus d'un an.Elle a récemment repris certains engagements officiels mais se trouve toujours sous traitement psychiatrique.Les tracas de Naruhito, héritier de la plus vieille dynastie du monde, ont commencé dès avant son mariage, lorsqu'il a succombé aux charmes de Mlle Owada, une roturière, au début des années 1990.Certains fonctionnaires du Palais, gardiens du protocole, ne cachaient en effet pas leur hostilité à son union avec la jeune femme, jugée trop indépendante, qui était alors une diplomate promise à un brillant avenir.Mais à force d'entêtement et de pressions, le prince Naruhito a fini par convaincre Masako non sans lui avoir fait le serment suivant: "Je serai à vos côtés et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous protéger dans les épreuves tout au long de ma vie", selon les meilleures sources du gotha.En mai 2004, le prince héritier a donné la preuve la plus éclatante de sa promesse en accusant implicitement le protocole d'étouffer la personnalité de son épouse, provoquant une vive émotion à la Cour."Ces dix dernières années, la princesse Masako s'est employée à s'adapter à la vie du Palais. J'en ai été témoin, cette entreprise l'a totalement épuisée", avait-il déclaré avant de lâcher: "Il est vrai que certains évènements ont été à l'encontre de la carrière de la princesse Masako et de sa personnalité".Ces propos lui ont valu une réprimande de ses parents, l'Empereur Akihito du Japon et son épouse, l'Impératrice Michiko, et surtout de son frère, le prince Akishino.L'héritier du Trône, qui a dû faire machine arrière en précisant qu'il n'avait pas voulu heurter quiconque, s'est depuis gardé de toute déclaration polémique.Pour autant, lors de ses rares conférences de presse, dont questions et réponses sont préparées à l'avance, le prince n'a cessé d'exprimer sa compassion à l'égard de son épouse.Au Palais, certains ne cachent pas leur préoccupation devant l'état de fragilité prolongé de la princesse Masako et suggèrent que le prince héritier remplisse certaines fonctions officielles sans son épouse.Mardi, le prince Naruhito est parti seul en Mongolie, non sans espérer un jour "pouvoir de nouveau voyager aux côtés de Masako".

lire la conférence de presse du prince héritier Naruhito
<  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11  >